La galette aux blosses

Attention, ouverture dans une nouvelle fenêtre.  Envoyer

Voici un texte que les élèves du degré supérieur ont traduit en 2009.  Vous pouvez transmettre votre traduction à l'école. Leur traduction sera mise sur le site dans deux semaines.

 A la mémoire de mon ami d’enfance,Nestor Maîtrejean de Prouvy,Tombé à l’Yser en 1918 

Lès-aut’ côps, rin q’ d’oyè, duvant mè, mès bounn’ dgens
Lès mots d’ galette aux bloss’, dj’aros dansi d’ plâjè !
A c’t’ heûr’, n’ m’a causez peus, ca dju r’sondg’ maugré mè
Aux lârm’ qu dj’â veû brâre à la François’ Mât’djean !
C’est eun’ vièye, la Françoise, eun’ bounn’ vièye du d’tchû nos.
D’avoir trimé bachi su la tér’ tous lès djos,

Du mârs’ djusqu’à wayin, elle è d’meuré ployie ;
Sa figure est plissi coumme eun’ peumm’ ratchitchie
Et lès tch’feûx qui sortant dès bôrds du s’ bounèt plat
Avant la mém’ couleûr qu la çad’ du s’ couvat…
Coumm’ dju r’wâtos lès brantch’ ablanci djusqu’à tére
D’in blocî d’Saint Lorent tout tchèrdgi d’ bloss’ bin téres,
La vièye François’ Mât’djean m’è dèt t’a sougloutant :
« V’là dédjè huit-ans t’nez !… Oui, v’là dédjè huit-ans !
Gn-avot  dès bloss’ co d’ peus qu v’n’a voyez aneût.
In’ année d’ frûts coumm’ ça, an n’ l’è p’tèt’ jamais veû !
Quand-i s’a-n-è n-allèye èt qu’i m’è rabrassi
Dj’a r’portos eun’ dgèrnèye qu dj’ vunos d’ ramassi
Pou fâr’ deûx troîs galett’ après ma queûté d’ pé…
I m’ sèn’ qu dju l’vois co, t’nez, tout-là, d’lez l’hulté :
A partant, i m’è dèt : « Wardez m’a eun’ librette.
Dju vérâ-z-a r’médgi, savez-v’, m’man, d’vot’ galette :
An n’su batrè-m’, tâjez, v’voirez, da deûx troîs djos,
I s’rant co bin contents d’ nous ravouyi tchû nos… »
I n’est jamais r’vuneu !… »
Dj’â eû bé dèr’, bé fâre,
La vièye s’è min à brâre, coumm’ lès m’mans savant brâre
Quand-ell’ brayant leû p’tèt !…
« Wez-v’bin, m’è-t-ell’ co dèt,
Dj’ sondge à leu tous lès djos, mais, à çutt’ saison-cè,
A la saison dès bloss’, dj’ l’â toudjos d’vant lès ûyes :
I m’ sèn’ qu’ lès blocîs, noirs du bloss’, portant l’ dûye
Du m’pôfe afant qu’est voûye, pou toudjos, a m’ dijant :
« Wardez-m’a d’ vot’ galette, wardez-m’a, savez-v’, m’man !… »
Lès-aut’ côps, rin q’ d’oyè, duvant mè, mès bounn’ djens
Lès mots d’ galette aux bloss’, dj’aros dansi d’ plâjè !
A c’t’ heûr’, n’ m’a causez peus, ca dju r’sondg’ maugré mè
Aux lârm’ qu dj’â veû brâre à la François’ Mât’djean ! 

F. Bonneau             octobre 1922


 


 

Conception & Réalisation : My Blue Hand!